Notre position : 41°50 771N, 3°07 343E. Autrement dit : la rade de Palamos sur la Costa Brava (Espagne).
C’est là que nous attendons le moment propice pour entamer une traversée tranquille vers les Baléares. Les coups de tramontane et les dépressions orageuses se succèdent depuis dimanche dernier. Or, nous voulons les conditions les meilleures possibles pour cette première navigation « longue » (environ 24h) en famille. Départ prévu ce matin.

 

Petit retour sur les épisodes précédents.

1er juillet. Le pot de départ. Mémorable. Grâce à la présence chaleureuse de nombreux amis ce soir là et grâce au soutien logistique du CREPS d’Antibes, du CNA et des gros bras de Milou pendant la journée pour transporter toutes les caisses (et les 50L d’alcool du pot) de la maison au bateau.
Le 2 et 3 juillet. Le trajet Antibes-Barcelone. En mode « convoyage » avec Laurent et Ariane. 25 noeuds de NW toute la nuit nous obligent à faire route au sud, puis la pétole s’installe sur la Méditerranée et nous terminons le trajet au moteur vers le petit port de San Feliu de Guixol. Un sympathique marin de Manchester nous prête sa carte magnétique du port et nous pouvons embarquer facilement, sous ses yeux ébahis, tout le reste de la famille qui nous a rejoint par la route.
4 juillet. Nous filons vers Barcelone pour ne pas manquer le départ de Boulinou pour la première manche de la Transquadra (Barcelone-Porto-Santo). Eric semble bien préparé – chapeau! Je suis admiratif et je mesure l’engagement nécessaire et la dose de stress induite par cette épreuve. A l’heure qu’il est, il est arrivé à Madère et il doit être en train de bronzer peinard avec sa femme.
Nous restons jusqu’au 7 juillet à Barcelone, où Eric nous a trouvé une place au Real Club Nautico à 5′ à pied des « Ramblas » de Barcelone. Royal! Nous déambulons copieusement dans les ruelles et jardins de la capitale catalane pleine de vie, en abusant particulièrement des bâtiments aux architectures végétales de Gaudi.
9 juillet. Retour à San Feliu où nous reprenons la voiture pour une parenthèse familiale dans les Charentes Maritimes. Nous confions Slowmotion à Sylvie et Laurent pour la semaine. Heureux hasard que ces vacances prévues de longue date car elles nous mènent à la Rochelle et à Rochefort où se trouvent respectivement la voilerie « Incidence » qui a fait les voiles de Slowmotion et le chantier Nautitech, qui a construit le bateau. Ce voyage nous permet de récupérer facilement certaines pièces détachées indispensables à la réparation d’éléments de la grand-voile et du guindeau. Nous faisons aussi le plein de bouquins à la Rochelle, électrisée par le démarrage des « francofolies ».
Retour le 17 juillet au bateau qui nous attend à Palamos.
19 jours après le départ, nous sommes toujours en période de rodage et pas encore complétement dans le « trip ». Ça commence à sentir le voyage, mais ça ressemble encore un peu trop à des vacances.
Hier soir, nos amis Sylvie, Laurent, Ariane et Adélie sont repartis et nous avons passé notre première soirée seuls en famille. Ce matin, le départ pour les Baléares sonne un peu comme un deuxième départ après ce prologue Barcelono-charentais.

Calanque sur la Costa Brava (copyright Sylvie D.)