3h30 du matin – au large des côtes marocaines, en sortie du détroit sur canal 16.

Le chalutier : « Captain of the cargo going up north 35°39′N 6°32′W please answer my call (avec un fort accent marocain).
Le cargo : … (sans accent)
Le chalutier : « Captain of the cargo going up north. I’m working here. Please answer captain. »
Le cargo : …
Le chalutier : « Captain of the cargo going up north. Please go west the white light. »
Le cargo : …
Le chalutier : « Captain of the cargo. Please answer. »
Le cargo : « Shut up! » (avec accent russe)
Le chalutier : « …! » (avec l’accent marocain)
Le chalutier : « F*ck you! »
Le cargo (225m de long, 37m de large, 12m de haut, vitesse 25nds) : « F*uck you too. » (avec l’accent d’un russe qui s’en bat les ***).

… et comme ça toute la nuit, pendant que Slowmotion slalomait entre les filets de chalut (parfois 1km de long repérés par de toutes petites bouées dans la pénombre) et les mastodontes des mers entrants et sortants du détroit à 25 ou 30 noeuds en direction de Singapour, Malte ou Le Havre – sans compter les ferries Tarifa-Tanger.

Nous avons quitté Gibraltar à 15h30 mercredi pour affronter une mer courte avec 20nds de vent d’ouest (donc dans le pif) et 2nds de courant contraire dans le détroit. C’était le prix à payer pour se faire expulser de la zone en début de nuit avec le courant sortant.

Voilà 24h que nous naviguons, nous avons parcouru un peu plus de 100 miles et nous sommes là : 35°23’815N 7°21’150W

Enfin nous touchons les « alizés portugais » après avoir subit une météo instable près du détroit du Gibraltar.
Actuellement (16h30), nous sommes à 460 miles de Porto Santo. C’est à dire à un peu plus de 3 jours de navigation, ce qui devrait nous amener dimanche soir à destination. Personne autour de nous, à part au loin « Chesapeake Belle » et « African Begonia », 2 cargos qui seront bien vite hors de vu.

A demain!