Nous avons quitté hier soir Almerimar après une tentative avortée pour visiter Grenade. La fuite du liquide de refroidissement de la Seat Ibiza de location en aura décidé autrement. Nous avons sereinement attendu le taxi envoyé par l’agence au café Ceci à Yegen au coeur de la chaine des Alpujarras sirotant des bières Alhambra (c’est un comble) et se sustentant de tapas locaux. Il y a pire comme mésaventure (en plus l’agence a remboursé intégralement la location).
L’escale aura tout de même été profitable.
Almerimar n’est pas une très belle ville, mais son port est grand, l’accueil sympathique, la place de port pas chère et les artisans sympas et honnêtes. Max nous a forgé la bonne pièce pour réparer le vit de mulet, Walter le shipshandler a commandé toutes les pièces de rechanges dont nous avions besoin et que nous n’avions pas pu trouver ailleurs et un français de Menton donnant dans la sellerie marine nous a renforcé le taud de grand-voile et surtout … confectionné deux magnifiques coussins pour les postes de barre. Slowmotion a maintenant le look d’un yacht de luxe antibois!

Matez moi ce magnifique siège de barre auto-massant.

La ville a bénéficié d’un plan immobilier ambitieux. Tellement ambitieux que la crise a laissé de nombreux bâtiments inachevés et beaucoup de locaux sont en vente. Les alentours sont essentiellement constitués de kilomètres carrés de serres où sont produits les fruits et légumes de nos marchés européens. Recouvertes de plastique blanc, les serres donnent au bord de mer l’apparence éternelle d’une vallée enneigée au pied des Alpurrajas.

Nous sommes ce soir à Salobrena, pour un plan baignade et repos car demain le vent se lève et nous permettra d’atteindre Gibraltar en deux jours (en principe).

Arrivée sur Salobrena et sa forteresse Maure en haut de la colline. Merci au café de la plage pour son wifi gratuit!