Yeahh! Nous voilà dans la ville des lèvres les plus botoxées, des seins les plus siliconés et des pommettes les plus reliftées!! Un festival! La cote d’Azur puissance 10! Un retour à la « civilisation » par son bout le plus extrême. Miami Beach.

Je sens que le porte monnaie va en prendre un coup. Ca fait longtemps qu’on a pas été exposé à autant de sollicitations marketing. Les boutiques impeccables et ultra design de Lincoln Avenue sont autant de sirènes qui nous attirent.
Les bars rivalisent de branchitude et la jeunesse dorée de Miami se montre ostensiblement sur ces ramblas à l’américaine dans un défilé de mode permanent. Arrivant d’un coin désert des Bahamas, du sel sur le short et le t-shirt délavé, on a un peu l’air de clochards. Il va falloir investir dans la fringue si on veut passer inaperçus!

L’entrée dans la passe de Miami « Governement Cut » a été un peu sportive par 30 noeuds d’Est et une mer démontée. A cet endroit les fonds remontent de 500m à 5m en moins d’un mile, créant des déferlantes qui font la joie des surfeurs, habillés par QuickSilver et Billabong bien sur.

Passé l’entrée et trois ponts plus tard, nous rejoignons le mouillage indiqué par un américain rencontré aux Bahamas. C’est parfait!! Un ponton pour les annexes, 5′ à pied du coeur de Miami Beach, une vue dégagée sur la skyline de Miami avec soleil couchant en prime. Ya plus qu’à sortir une bière. En plus, on y retrouve « Yaya », nos potes français rencontrés en Rep Dom.

Je sens qu’on est parti pour 10 jours tranquilles à redevenir les kékés que nous étions. Et puis, il ne faut pas qu’on remonte trop vite. On n’est qu’en Avril. Il faudrait pas rattraper le froid quand même.

A bientôt pour un flashback sur les précédentes étapes : Bahamas, Cuba et Lupéron (Republique Dominicaine).